Violences policières au procés de Léa et Tom / Toulouse

Geen reacties
solitaire
Offline
Last seen: 3 jaar 19 weken geleden
Samengevoegd: 05/27/2010

Jugement de Tom et Léa : quand l’état s’acharne sur les plus pauvres…
Léa et Tom ont été CONDAMNES par l’ÉTAT devant le Tribunal Correctionnel de Foix à la DESTRUCTION DE LEUR HABITAT, une amende de 600€ et 10€ par jour de PÉNALITÉS de retard.

Leur DÉLIT : avoir choisi d’habiter une tente (une yourte) plutôt que de crever de froid dehors ! Ils ont comparu en première instance le 9 février 2010 suite à une plainte de la DDEA* (un service public !), sur le fondement d’articles du code de l’urbanisme pour infraction au permis de construire. Ils font APPEL et réclament la RELAXE et le droit à un habitat MODESTE ÉCOLOGIQUE ET CHOISI ! le droit de vivre, le droit de travailler localement !
Voici un récit de ce qui s’est passé lors de l’audience censée être publique mais où le public était maintenu à l’extérieur…
Je voudrais témoigner de l’agression policière que j’ai vécue jeudi, lors du rassemblement de soutien pour le procès de Tom et Léa à la cour d’appel de Toulouse.

On nous a tout d’abord interdit l’entrée d’une audience publique.

Puis, alors que nous étions rassemblés pacifiquement devant les grilles du tribunal, sur ordre du commissaire, nous nous sommes fait chargés par la compagnie de CRS qui bloquait l’entrée. Ils ont entrepris de s’occuper de manifestants à coups de matraque.

À ce moment, nous nous sommes assis au sol, à l’image de notre pacifisme et de notre non-violence, l’état d’esprit dans lequel nous étions venu soutenir Tom et Léa.
Les CRS ont quand même lancé une grenade à déflagration et deux lacrymos.
Je tiens à signaler que des enfants, même des nourrissons, étaient présents et jouaient tranquillement pendant ce rassemblement pacifiste. Notamment les deux filles d’un couple d’amis avec qui nous étions venus.

Je reste très choquée d’avoir vu ces enfants terrorisés par la violence de la scène, de les avoir vu pleurer en demandant pourquoi ? De voir des parents essayer d’expliquer à leurs enfants que la peur a changé de camp.

Depuis quand s’en prend-on à des enfants ?

Peut-être depuis que les forces de l’ordre se permettent de passer leurs nerfs sur le peuple.

Frustration mal gérée ou manœuvre planifiée visant à inverser les rôles en troublant l’ordre public ? Et faire pencher la balance d’un jugement…